Skip to content

Ce qu’il ne faut pas faire lors d’une visite de cave

Posted in Régions et terroirs

Je l’ai écrit à maintes reprises, rien ne vaut la visite d’une cave pour se tester sur le vin et passer un bon moment. Si le plaisir et l’apprentissage sont importants, ce sont des produits en ventes et alcoolisés que vous goûtez. Mais vous ne pouvez pas tout vous permettre. Voici 5 erreurs à ne pas faire lors d’une visite de cave en France, comme à l’étranger.

Arriver sans prévenir

Une exploitation viticole ou une cave de dégustation ne sont pas des bars gratuits dans lesquels on débarque à toute heure. Dans les exploitations, il faut que exploitants s’occupent des domaines. Dans les grandes caves, il y a parfois des groupes ou d’autres événements.
Aussi, il est de bon ton de prévoir la visite, surtout si vous vous déplacez en groupe. La visite et la dégustation n’en seront que meilleures. L’expérience fait partie de l’apprentissage.

Ce n’est pas un bar gratuit !

Ce point est souvent utile à rappeler. Lors d’une visite dans une cave, par exemple, la personne qui vous reçoit le fait avec un objectif, vendre. Il est donc évident que plusieurs vins seront goûtés, avec des arômes, des couleurs et des prix différents.
Il est très mal venu de repartir sans acheter quoique ce soit. Attention, je ne dis pas qu’il faut acheter à tout prix, mais si vous avez prix le temps d’appeler, de réserver un créneau, c’est que vous avez sélectionner l’endroit. Ce n’est pas une buvette pour s’en mettre derrière l’oreille sans rien payer. D’ailleurs, dans les grandes caves, l’entrée est payante pour pouvoir déguster quelques gouttes de deux ou trois bouteilles.

vin de Coppola, créativité des étiquettes

Crachez bon sang !

Vous l’avez compris, il y a beaucoup de vin dans une exploitation ou une cave. Mais il convient de consommer de manière responsable. Une salle de dégustation n’est pas un bon endroit pour tomber par ivresse ou marcher de travers. Des histoires de personnes incapables de partir sereinement d’une dégustation, j’en ai autant que de visite de cave. Vous valez mieux que ça. Pensez à cracher. Ce n’est pas pêché. A vrai dire, ce qui comte c’est d’apprécier ce qu’on a en bouche et non ce qui tombe dans le foie.

Ne pas demander d’autres références d’établissement

Un professionnel fier de sa région vous guidera sans problème vers d’autres professionnels. Et ça fait partie de leur expertise. Demandez-leur où ils vous suggéreraient de vous diriger ensuite. Il y a de fortes chances qu’ils aient une excellente recommandation que vous ne connaissez peut-être pas ou que vous n’avez pas sur un guide. Une bonne table, un hébergement, une manifestation localisée. Ils connaissent leur région. Lorsque j’ai visité les caves des alentours de Valençay ou Saumur, j’ai eu de bons conseils et certains ont même appelé pour savoir si on pouvait nous recevoir.

Cave du château de Talleyrand à Valençay

Ne pas prendre de disposition face à l’alcool.

Imaginons. Vous habitez dans le Limousin et vous décidez de partir sur une journée faire les caves dans le Bordelais. Vous allez partir tôt et rentrer tard. Toute la journée, vous allez cracher le vin pour éviter l’ébriété. Et bien manque de bol, vous avez au bout d’un moment de l’alcool qui est passé dans le sang. La fête est finie.
Prévoyez des éthylotests pour éviter les mauvaises surprises. Si vous pouvez désigner un Sam et/ou une halte, c’est encore mieux. Et attention, il y a beaucoup de professionnels qui ne vous laisseront pas repartir si vous n’êtes pas en état.

Vous l’avez compris, on ne peut pas tout se permettre lors de visite de dégustation. Si l’article vous a plus, n’hésitez pas à le dire en commentaire et à le partager. Ca fait toujours plaisir.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.