Skip to content

Un petit tour à Valençay

Posted in Applications

Les vacances sont toujours l’occasion de découvrir de nouvelles chose. 0 l’occasion des miennes et d’un petit tour dans l’Indre, j’ai découvert l’appellation Valençay sur les terres de Talleyrand

Un vignoble méconnu

Personnellement, je n’en avais jamais entendu parlé. C’est à l’office de tourisme de Chateauroux que j’en ai entendu parlé. Du coup, nous avons pris un fascicule avec tous les vignerons du Valençay dessus. La première surprise est qu’il n’y a aucun vigneron sur la commune. Et pour cause, l’appellation est vraiment toute petite. Elle fait péniblement 150 ha. Donc les vignerons disposent de parcelles sur l’appellation, sans plus.

Muni de mon fidèle smartphone, j’entreprends de chercher sur Internet les noms les plus répandus sur l’appellation. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la région est discrète sur l’autoroute de l’information.
Je me retrouve rapidement sur des forum que je fréquente déjà. Qu’à cela ne tienne, je note rapidement quelques noms. Et j’appelle. 
Les congés d’été ne sont jamais vraiment un bon moment pour les viticulteurs alors que le vacanciers a beaucoup de temps.

Malgré quelques quiproquos, nous avons pu visiter deux vignerons et je me suis retrouvé à devoir caser des cartons dans un coffre déjà un peu juste.

J’ai pu visiter notamment le château de Quinçay où j’ai eu très bonne accueil alors que nous sommes débarqués à 5 sans prévenir. Un très bonne visite et de bonnes références que nous avons pu goûter.

 

Histoire et terroir

C’est la région du Prince de Talleyrand. C’était un diplomate de l’ère napoléonienne. Il y a acheté le château et a fait connaître la ville à l’Europe. Enfin, c’est à l’époque car aujourd’hui… C’était un amateur des bonnes choses, que ce soit l’art ou la gastronomie. Il avait d’ailleurs quelques vignes à proximité du château qui lui permettaient d’être approvisionné en vin. Et sa cave… comment dire ? Les images parlent d’elles-mêmes.

Cave du château de Talleyrand à Valençay

Valençay entre Touraine et Berry

Si la région a une grande histoire ce n’est qu’en 2004 que l’AOC est arrêté. La commune est bien plus connue pour ses fromages de chèvre qui possède son AOC au même moment. La région ne produit que 71 000 hectolitres par an. Elle est composée de 14 communes au nord de la ville (avec la ville elle-même). Elle fait partie des vins français de la Loire.

L’AOC est au croisement du Berry, de la Sologne et de la Touraine. Le paysage est principalement composé de coteaux. Le terroir se distingue par des sols argileux principalement truffés de silex. Ce terroir procure au vin de la vivacité et de la fraicheur.

Les trois couleurs représentées

La région produit des vins rouges, rosés et blancs. Les vins rouges représentent 60% de la production. Les cépages utilisés sont principalement le pinot noir le gamay et le côt. Du cabernet peut être ajouté (c’est dans le cahier des charges). Les mêmes cépages sont utilisés pour les rosés.
Les blancs qui représentent 30% de la production sont fait à base de Chardonnay, de Sauvignon. J’ai trouvé sur Internet de l’Arbois, mais les vignerons rencontrés ne m’en ont pas parlé. J’avoue avoir un peu plus de mal a évaluer son influence.
Les vins accompagnent en général plutôt bien les charcuteries, les poissons grillés ou au bbq et surtout les fromages de chèvre pour les blancs.

J’espère que la visite t’a plu. L’été c’est l’occasion d’être curieux alors n’hésite pas, même si le vin est bleu. Quoi ? Tu n’es pas au courant ? C’est que tu ne me suis pas encore sur les réseaux sociaux. Alors inscrit toi rapidement.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.