pitch article en image pour acheter du vin pas cher ou moins cher
Je ne pense pas que vous aillez besoin de moi pour dire que le vin est vraiment quelque chose d’impressionnant. C’est tellement impressionnant qu’on souhaite toujours en découvrir plus. Mes le porte-monnaie à ses limites, surtout quand on a une famille à charge. Alors voyons comment acheter du vin pas cher, ou moins cher en tout cas.

Un bon vin pas cher ?

Il ne faut pas rêver les meilleurs vins sont aussi les plus chers. Mais l’inverse n’est pas pour autant vrai.

Pensez une chose, le prix du vin dépend de sa popularité, de son lieu d’achat, de sa conservation, de sa jeunesse. Rappelez vous par exemple les primeurs. Ce sont des vins qui ne sont pas à maturation. En en achetant, vous faites une très bonne affaire sur le potentiel du vin. Il incombe ensuite à la chaine de conservation de bien se passer.

Si vous achetez un vin chez un caviste réputé ou directement dans une petite cave bien sympathique, le même vin peu voir son tarif varier énormément.

gif l'habit ne fait pas le moine

L’habit ne fait pas le moine

Il ne faut pas juger une bouteille de vin par son étiquette. Si une étiquette est vraiment cool, il faut probablement éviter ce vin. Un marketing élaboré peut être utilisé pour masquer un «produit sans faille».

Deuxièmement, elle a conseillé aux acheteurs confus de chercher des goûters dans des régions dont ils n’auraient peut-être pas entendu parler.

« Dirigez-vous pour les choses qui semblent confus et effrayantes », at-elle dit, car cela ne signifie pas nécessairement que sa qualité est inférieure.

Fuyez les mélanges

Entre un vin d’assemblage et un vin mono-cépage, préférez les vins mono-cépages. Surtout si c’est un vin d’un des cépages les plus connus au monde..

Beaucoup des meilleurs vins du monde sont des assemblages (Bordeaux, Bourgogne, Chateauneuf-du-Pape…). Ces vins ne présentent pas d’étiquette de « composition » car ce sont des assemblages de raisins différents. Au lieu de créer des vins avec un seul cépage, les vignerons de ces régions choisissent les raisins qui se développent le mieux dans une zone donnée et démontrent ainsi les caractéristiques uniques de la région, du terroir. Les grandes maisons excellent dans l’exercice et réussissent à garder une constance dans leur assemblage qui permet de lisser la qualité sur plusieurs années.

Donc, évidemment, les mélanges ne sont pas toujours mauvais. Mais lorsque vous regardez une bouteille de 10 €, les chances ne sont pas en votre faveur. C’est parce que, au lieu de choisir soigneusement un mélange harmonieux de raisins, de nombreux vignerons de production de masse utilisent plutôt ce qu’il reste ce que les grandes maisons n’ont pas voulus ou leurs propres productions trop difficiles à valoriser.
Pas assez de mou pour tout une production de merlot ? Pas de problème, il suffit de le mélanger avec d’autres cépages et de lui donner une jolie étiquette qui fera ventre en tête de gondole.

Ne visez pas les Grandes Appelations

Ne vous méprenez pas ! Un bon Bordeaux a la capacité de changer votre vie (ou presque). Il peut également coûter plusieurs centaines (ou milliers) d’euros la bouteille. Bien qu’il soit possible de trouver des vins relativement abordables dans une région aussi célèbre, ceux-ci ont tout de même tendance à coûter plus près des 50 € que des 15 €.

Étant donné que les vignerons savent que la plupart des consommateurs connaissent le mot «Bordeaux» (mais peu d’autres), ils vont le mettre sur un vin façonné dans des villages périphériques aux grands domaines mais toujours techniquement dans la région, dont les vignobles ne se rapprochent pas de la qualité des vins que vous pensez obtenir. Il en va de même pour la Bourgogne et d’autres régions ultra-célèbres du vieux monde.

Alors, qu’est-ce qu’un acheteur de vin averti doit faire? Faites plutôt un voyage au nouveau monde. Les nouveaux vins du monde sont, comme le nom l’indique, ceux produits dans des régions « relativement » nouvelles à la vinification – comme l’Amérique du Sud, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique, pour n’en nommer que quelques-uns. Comme ils ne sont pas incroyablement célèbres (pour l’instant), et depuis qu’ils ont commencé à produire avec une technologie de vinification mise à jour et plus rentable, ces régions offrent souvent un meilleur rapport qualité/prix par bouteille.

je vous livre quelques-uns de mes favoris:

  • Sauvignon Blanc de Marlborough, Nouvelle-Zélande
  • Merlot de Stellenbosch, Afrique du Sud
  • Malbec de Mendoza, Argentine
  • Shiraz de McLaren Vale, Australie

Vous voici donc bien armé pour ne plus succomber aux vins chers et vous faire tout de même plaisir. Un dernier point essentiel est qu’il ne faut pas boire une bonne bouteille si on est pas armé pour le faire. Les grands vins sont souvent trop complexe et ont un histoire connue de tout le monde. En préférant des bouteilles moins connues, vous aurez une histoire à raconter en plus.