Skip to content

Le Liban – producteur de vin

Posted in Régions et terroirs

Alors que le Liban vit des moments compliqués, il m’est venu l’idée de parler de leurs vins. Comme un hommage. Le Liban produit du vin depuis plus de 6000 ans. Les phéniciens ont fait connaître le vin au monde puis la production s’est ralentie voir arrêtée. Alors pourquoi et que vaut le vin libanais aujourd’hui ?

Le Liban : un vignoble millénaire

C’est officiel dès le 5° millénaire avant notre aire, le vin est produit depuis la région de Zahlé sur la plaine de Bekaa. La légende prête à Noé la première plantation d’un pied de vigne. En ces temps reculé, le vin produit est le chalibon , un vin cuit blanc très apprécié des rois perses. La région de la montagne du Liban a prospéré grâce à ce commerce un long moment.

les jésuites au Liban pendant la Grande Guerre

Puis la conquête de la région par les arabes et les ottomans dès le 5° siècle met fin à cet état. Les croyants n’ont pas le droit de consommer des boissons enivrantes. La production de vin s’arrête à part pour quelques monastères maronites et orthodoxes implantés là. Ce ne sont pas des gaulois qui résistent encore et toujours à l’envahisseur. Non pour les besoins du culte, ils ont l’accord des musulmans de préparer du vin. Le raisin produit sert alors surtout à produire de l’arak qui est un alcool de vin distillé puis coupé à l’anis vert et qui subit une seconde distillation comme le cognac.

carte du Liban

La renaissance du vin libanais

Pourquoi parler de renouveau alors que le Liban est l’un des berceau du vin ? Parce que. Ca vous va ? Non alors disons qu’à partir de la fin du 19° siècle et du début du 20°, il y a beaucoup de conflit au Moyen-Orient qui ouvrent des portes.

(C’est pour faire simple. Ce n’est pas un blog de géopolitique non plus.)

Le Liban redécouvre son passé viticole et la mise sous protectorat français accélère ce développement. La vallée de la Bekaa est considéré comme le grenier agricole de la région. C’est là que ce trouve les monastères et les vignes venant d’Algérie sont plantées pour redonner un nouveau souffle.
Le château Ksara est l’un des premiers dans ce cas rapidement suivi par le Domaine des Tourelles. D’autres nom suivront peu à peu comme le chateau Musar dans les années 30, reconnu internationalement suite au travail de Serge Hochar, fils du fondateur du château Gaston Hochar. Je pourrais encore citer le château Kefraya fondé par Michel de Bustros

Il est difficile de parler du Liban sans parler de la guerre. Lors d’un voyage au Liban, je me suis aperçu que tout le monde à une histoire avec la guerre. Des chars qui débarquent dans un jardins ou des enfants jouent aux mouvements de population. Tous les libanais ont un rapport à la guerre de 1975. Elle met alors le marché local à mal et la production comme les nouveaux projets ralentissent.

Une nouvelle génération

Il aura fallu attendre la fin de la guerre pour voir de nouveaux visage, de petits domaines comme Wardy, Massaya, Héritage, etc. qui cherchent à se démarquer de l’ancrage traditionnel des domaines cités avant.
Dans les années 2000 une troisième vague fait sn apparition avec des microdomaines très audacieux. Ils s’orientent plus vers la production haut de gamme en quantité très limitées.
Et aujourd’hui une quarantaine de domaines se partagent ce patrimoine qui a très largement débordé de la Békaa. Ils permettent de créer plusieurs types de vins. Ce sont des vins du soleil avec beaucoup de couleur et de structure.

Certains comme Faouzi Issa ne jure que par le cabernet ou le cinsaut. D’autres producteurs défendent des cépages indigènes, tels que Merwah et Obaideh. Le Château Ksara a lancé son premier 100% Merwah en 2017. Château Kefraya s’inscrit aussi dans cette logique autochtone allant jusqu’à élevage des vins en amphore.
Il y a des vins modernes (très charnus avec une explosion de saveurs) et des vins avec un style plus ancien. Il y a aussi du très bon et du beaucoup moins, comme un peu partout.

Une chose est sûre, les vin libanais ont acquis leurs lettres de noblesse et une partie des producteurs se démarquent à l’international. Un juste retour des choses pour ce pays si généreux et trop souvent chahuté.

Il y a encore beaucoup de choses à dire sur les vins du Liban mais il est compliqué d’être exhaustif tant la production est à l’image du pays. D’une extrême diversité ! Si 17 confessions religieuses se partagent le pays, l’encépagement est bien plus pléthorique. Si vous souhaitez un article sur les domaines plus spécifiquement n’hésitez pas à le mettre en commentaire.
Sinon, partagez !

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.